Carnet de voyage
Accueil
Paris - Moskva
Moskva - Beijing
Beijing
Divers
Partenaires
Le vélo-couché
Infos pratiques
Revue de presse
Documents
Liens
Albums photos
Airodin
Paris - Moskva
Moskva - Paris
Transsibérien
Mongolie
Chine
Nous contacter
English versionEnglish version English version
Petit Bout du Monde

Le vélo-couché Airodin

Après avoir passé presque trois semaines sur un vélo couché, il nous semblait essentiel de rendre compte de nos impressions sur ce produit performant et novateur. Nous vous invitons à feuilleter notre album photo sur ce vélo-couché et à visiter le site de Airodin, son importateur et distributeur en France.

Alice

A première vue, lorsqu'on regarde les autres, ça a l'air simple... Après tout, ça a une selle, un guidon et des pédales comme d'habitude, non ? Mon premier essai me montre que ... pas tout à fait quand même ! On a pas l'habitude de voir le paysage d'aussi bas et d'avoir un dossier confortable ! Aller, il faut se lancer... C'est parti !

Les lignes droites ne posent pas trop de problèmes, il suffit de tenir le guidon droit et de pédaler ! Mais les virages, c'est une autre affaire ! Le réflexe veut que nous tournions le guidon rapidement là où on veut aller. Mais comme il ne s'agit pas d'un vélo classique, c'est la chute garantie ! Au bout de deux ou trois chutes, je comprends qu'il faut avoir le même comportement qu'à moto (la comparaison est un peu forte, c'est vrai...), c'est à dire ralentir d'abord, pencher du côté où on veut aller puis tourner le guidon légèrement. Et là... youpi ! ça passe tout seul et c'est un vrai régal !

Après quelques tours d'essais, me voilà prête à affronter les chemins ! Et là aussi, c'est un vrai bonheur, avec autant d'effort que sur un vélo classique, sur terrain plat, on va au moins deux fois plus vite ! Et on est bien mieux installé ! Du coup les kilomètres défilent sans qu'on s'en rende compte, sans fatigue !

Les gens qui nous voient passer sont tout étonnés et sourient gentiment... c'est que cette drôle de machine intrigue !

Un autre vrai plaisir est les descentes ! On atteint facilement les 50 km/h et les sensations que cela procure sont proches de ce que l'on peut ressentir sur un 2 roues motorisé : le vent, la vitesse, le défilement du paysage... et tout cela au naturel !

Christelle

Je n'ai pas été la plus rapide à maîtriser l'engin ! J'avoue que j'appréhendais même de monter dessus la première fois. Il m'a fallu une petite heure de va-et-vient sur un parking, une bonne chute, et c'était bon ! Ce jour là, j'ai ressenti la même impression que le jour de mes 3 ans où je me suis lancée sur mon grand vélo sans les petites roulettes de derrière qui assuraient jusqu'alors ma stabilité... Parce qu'en fait pendant cette heure sur le parking, j'ai réappris à faire du vélo : comment démarrer (surtout dans les montées), comment tourner (surtout s'arrêter de pédaler quand on tourne le guidon !) sans tomber de ce vélo assez imposant.

Mais une fois à l'aise sur le vélo on se rend compte que le vélo-couché est indéniablement plus rapide : je me suis vue doubler camionnettes, tracteurs et même voitures... Dans les montées, pas de grand stress : il faut seulement prendre son mal en patience et adopter un rythme de croisière.

Et puis je n ai ressenti aucune courbature ni pendant, ni après les deux semaines de vélo ! Un vélo magique pour se déplacer tout en profitant des paysages dans lesquels on évolue...

Alexandre

Le vélo-couché est sans aucun doute à inscrire parmis les expériences les plus excitantes que j'ai vécue ces dernières années.

Il suffit de s'y installer pour que toutes les apréhensions quant à la stabilité de l'engin s'envolent et laissent place à d'incroyables sensations. La position très reposante est aussi bien adaptée aux petites promenades qu'à la prise de vitesse qui s'effectue, à ne pas y croire, presque sans le moindre effort. Il permet en effet de maintenir de fortes moyennes sur le plat sans en ressentir de contre-coup.

Si les performances en montée n'ont pas l'air interessantes à première vue, ces déceptions s'estompent aussi vite que le corps s'habitue à la nouvelle position. Enfin, le fait de controler la direction non plus à l'aide du guidon mais plutot avec le corps en se penchant dans la sellette m'ont rappelé de temps à autres les vertiges du parapente.

A essayer impérativement !

Jean-Luc Le vélo-couché c'est,
  • Facile à apprendre, en quelques minutes, on sait maîtriser l'engin, même si ça paraît un peu déstabilisant au premier abord.
  • Confortable, on peut faire de nombreux kilomètres sans avoir mal au derrière, comme ca le fait avec une selle de vélo habituelle.
  • Sécurité, on a une bonne visibilité de la route, on est a la hauteur des yeux des automobilistes (en revanche, eux regardent le vélo au lieu de regarder la route).
  • Adaptable, en moins d'une minute, on adapte le vélo pour des personnes de taille comprise entre 1 mètre 70 et 1 mètre 90.
  • Rapide, on fait de bonnes moyennes, on roule plus vite que sur un vélo classique, sans doute grâce à la position plus aérodynamique. En revanche, il faut bien s'appuyer sur son dos pour pousser dans les montée, impossible de se mettre en danseuse.
  • Musical, on peut siffler Show me the way, ca évite de se perdre en route.
Romain

Pour avoir essayé le vélo-couché pendant 15 jours, 3000 kilomètres, dans tous les temps et sur tous les reliefs, je pense pouvoir dire que le vélo-couché n'est pas un vélo comme les autres, c'est bien mieux. La selle est avantageusement remplacée par un confortable siège. En réalité un véritable fauteuil qui s'adapte au dos de son passager et qui procure un confort inhabituel. Le démarrage apparaît peu évident au début, mais on s'y habitue en quelques minutes et la trajectoire devient rapidement moins hésitante.

Le vélo-couché est - sans contestation possible - plus rapide qu'un vélo classique. La position plus efficace, l'aérodynamisme de l'engin... Tout concours à laisser le vélo classique loin derrière. La position apporte un réel confort dans les randonnées à vélo. Le dos n'est plus autant sollicité qu'avec un vélo classique, il est tout à fait possible de faire des journées entières de vélo sans pour autant ressentir de douleurs dorsales.

La position allongée permet également de mieux profiter du paysage. On se sent comme dans une sellete de parapente : on dispose d'un grand angle de vue et d'une grande liberté pour bouger la tête. On pédale sans effort et on devient presque spectateur de sa balade.

Mais le vélo-couché reste un vélo vif. On ressent au guidon de ce vélo les mêmes impressions qu'à celui d'une moto. Le vélo-couché tourne vite et vivement, les freins sont efficaces et inspirent confiance, le vaste choix de braquets permet de faire face à toutes les situations.

En un mot comme en mille, essayez le vélo-couché et vous serez conquis !

©utpmb@free.fr - Dernière modification le 01-01-1970 01h00